Définition de apocalypse. C'est pourtant pas faute de passer DES HEURES devant l'ordi. C’est en cela qu’il est une « ré-vélation ». J.-C.) qui sert de modèle à l’Apocalypse de Jean mais aussi aux apocalypses apocryphes juives et chrétiennes ou encore aux textes apocalyptiques de Paul de Tarse[7]. C’est quoi cette approche prétérite? Après cette partie épistolaire, il n'est pas aisé de distinguer le plan d'ensemble que l'auteur a donné au livre mais, généralement, les exégètes s'accordent pour distinguer deux grandes parties à l'expérience de révélation, l'une commençant avec la vision d'une porte ouverte au ciel (4,1), la suivante débutant par un grand signe qui apparaît dans le ciel (12,1)[52]. L’apôtre Jean, choisi par Dieu pour écrire le livre de l’Apocalypse, vit l’avenir dans une vision. Ce dernier a développé significativement le culte impérial, particulièrement en Asie Mineure ainsi que semble en attester le récit apocalyptique[36]. Histoire et étymologie. 3-12) ou de Pierre (2P 3. Prophétisme et Apocalypse de Jean La littérature apocalyptique est une littérature de résistance par laquelle les visionnaires font à la fois entendre un message d'interpellation, en portant un regard critique sur le monde dans lequel ils vivent, mais aussi d'espérance pour des groupes fragilisés qui sont ou se sentent opprimés. Un « nombre de la Bête » figure dans le texte au chapitre 13, verset 18. L’Apocalypse ou Apocalypse de Jean ou encore Livre de la Révélation, également appelé Révélation de Jésus-Christ (grec ancien : Αποκάλυψις Ιησού Χριστού) suivant les premiers mots du texte[1], est le dernier livre du Nouveau Testament[2]. L'auteur de l’Apocalypse est inconnu. La partie suivante de cette première série (6 à 11) met en scène le jugement du Monde comme témoignage de la colère[50] et du jugement eschatologique de Dieu[53] dans les chapitres concernant l'ouverture des sept sceaux (6,1-17 ; 8,1-5) — où apparaissent les fameux cavaliers — et les sept trompettes de sept anges (8,6-9,21 ; 11,15-19), proposant une série de catastrophes qui ne sont interrompues que par la présentation des 144 000 élus et d'une foule de toutes nations (7) puis par l'épisode de l'ingestion du petit livre (10) et des deux témoins élevés au ciel (11), épisodes qui soulignent l'importance du témoignage[50]. Elle commence par trois chapitres de visions qui introduisent le personnage du « dragon » (12) — « l'antique serpent, celui qu'on nomme Diable et Satan », qui combat la descendance de « la femme » — et des deux « bêtes », l'une issue de la mer, l'autre de la terre, qui dominent le reste de l'ouvrage dans des passages qui sont souvent considérés comme le cœur de l’Apocalypse[54]. Apocalypse du Trinity College : première page, vers 1250, Trinity College (Cambridge). Fin du monde. Signification de Apocalypse. Frédéric Amsler et Enrico Norelli, « Qu'est-ce qu'une apocalypse », dans, Livre biblique pseudépigraphe attribué au scribe israélite Esdras et écrit au, l'empire grec des successeurs d'Alexandre chez Daniel, chapitre VII et l'Empire romain dans l'Apocalypse ; cf André Paul, article "La Bête de l'Apocalypse", in. Hae. La musique religieuse a également abondamment traité le sujet. Et bien, elle dit en substance que l’Apocalypse a été accomplie dans le passé, soit avec la chute de Jérusalem en l’an 70 après J-C, soit éventuellement avec la chute de Rome en 476 où Babylone la Grande aurait ainsi vécu son jugement. Dans Apocalypse 13:17 Apocalypse 13:17 et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom. L'auteur a vraisemblablement été un personnage important des communautés judéo-chrétiennes d'Asie Mineure aux sept Églises[26] auxquelles il s'adresse et dont le texte peut laisser penser qu'il était un prophète itinérant[24], peut-être néanmoins singularisé des autres prophètes par une certaine autorité[27]. L’attribution traditionnelle apostolique, la plus partagée parmi les auteurs ecclésiastiques du monde antique[19], contribue à l'acceptation de canonicité du texte. Ses racines grecques sont nikos qui signifie « conquérant » ou « destructeur », et laos qui signifie « peuple ». Selon la tradition des Pères de l'Église, l’Apocalypse (ou Apocalypse de Jean) contient les révélations faites à un prophète nommé Jean dans l’île de Patmos, au début de l’ère chrétienne, sans qu’on puisse préciser davantage. C'est quoi cette tempête ? 3. C'est la raison pour laquelle un certain nombre de publications ont fleuri sur l'Apocalypse en 1997, date présumée des 1900 ans du livre. Cette « révélation de Jésus-Christ » (Ap 1,1) dévoile à Jean le sens divin de son époque et annonce la fin des temps. Jn 21,23). Il existe une cinquième approche, dite « mystagogique », la plus permanente dans l'exégèse, qui voit dans ce livre une description de l'Église elle-même, dans sa liturgie, en tant que Jérusalem céleste. À merveille! À une troisième guerre mondiale? Il met à nouveau en valeur le voyant ainsi que son propos prophétique appuyés par l'autorité de l'Alpha et Oméga, demande de ne pas le maintenir secret car la fin des Temps est proche et de ne rien retrancher ou ajouter aux paroles prophétiques de l'ouvrage[57]. Papias d'Hiérapolis attribue quant à lui ce livre à Jean le Presbytre (ou Jean l'Ancien), qui serait un disciple de Jean l'apôtre, devenu responsable de la communauté d'Éphèse à la fin du Ier siècle. (Kröners Taschenausgabe ; 368). Les chapitres 2 et 3 regroupent les lettres adressées aux différentes communautés de chrétiens des villes d'Asie Mineure occidentale, la plus longue étant adressée à Thyatire et la plus courte à Smyrne[51]. Une guerre nucléaire déclencherait une apocalypse. 20 Mais ce que j'ai contre toi, c'est que tu laisses la femme Jézabel, qui se dit prophétesse, enseigner et séduire mes serviteurs, pour qu'ils se livrent à l'impudicité et qu'ils mangent des viandes sacrifiées aux idoles. Les prémillénaristes ou millénaristes conçoivent le millénium littéralement : le règne de 1 000 ans du Messie sur Terre. À l'époque de la Réforme protestante, Luther lui accorde un rôle secondaire, Zwingli ne le compte pas parmi les Écritures et Calvin n'en fait aucun commentaire[41]. Ces débats antiques témoignent de différentes traditions concernant la canonicité du texte, qui n'a pas toujours été reconnue par toutes les confessions chrétiennes. Dans le … La littérature apocalyptique constitue un genre littéraire ancien qui apparaît probablement à l'époque de l'exil à Babylone — au VIe siècle av. Au IVe siècle, en se fondant sur Papias, Polycarpe de Smyrne et Denys d'Alexandrie, Eusèbe de Césarée attribue à son tour le texte à Jean le Presbytre[8]. Mais une majorité de chercheurs incline à ne pas associer Jean de Patmos aux courants johanniques, même si des contacts ont pu avoir lieu[33]. Un doute subsiste en ce qui concerne l'épigraphe : "Un signe grandiose apparut au ciel : une Femme ! Le langage et les codes utilisés visent des auditoires particuliers et ciblés dont les élus peuvent comprendre les images qui ne sont toutefois pas pour autant ésotériques : celles-ci sont en effet parlantes et claires pour les auditeurs du Ier siècle lesquels sont habitués aux références vétérotestamentaires, aux Écritures judaïques et aux allusions métaphoriques sur la situation politique ou culturelle du temps[59]. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. ... Pourquoi c'est trop bien qu'X-FACTOR sorte en intégrale ! Il est moins systématiquement utilisé dans l'orthodoxie, même si elle connait de très belles représentations du Jugement dernier, thème iconographique qui cependant est sans relation directe avec le livre de l'Apocalypse. L'Apocalypse est le seul écrit du Nouveau Testament à avoir un auteur dénommé « Jean »[15]. L’Apocalypse: Qu’est- ce que c’est? Cette thèse fondée sur les travaux d'un ecclésiastique, Mgr Decouvoux, fait du millénium l'âge d'or du christianisme, comme prélude au déchaînement de Satan vers la fin d'un cycle. Retrouvez les contenus de la rédaction de Croire à … Cependant quatre grands courants sont en général proposés[61] : Il existe une cinquième approche, dite « mystagogique », la plus permanente dans l'exégèse, qui voit dans ce livre une description de l'Église elle-même, dans sa liturgie, en tant que Jérusalem céleste. Certes, l’exercice requiert prudence et humilité, et c’est dans cet esprit que je me risque à élargir mon investigation scripturaire à ce propos. La révélation elle-même procède d'une réalité transcendante qui propose à la fois une dimension temporelle, dans la mesure où elle propose un salut eschatologique, et spatiale, dans celle où elle annonce l'imminence d'un monde nouveau[1]. Celui-ci rassemble Gog, Magog et les nations de la Terre avant d'être précipité dans le lac de feu où ont déjà échoué les bêtes avant lui (20,7-15)[56]. C'est un terme biblique mentionné dans l'Apocalypse pour désigner le lieu du combat final entre le Bien et le Mal lors de la fin du monde. Il attribue le texte apocalyptique, suivant Papias, à Jean le Presbytre[18]. Les amillénaristes refusent la pensée d'un règne de Jésus-Christ sur Terre. apo - : Préfixe marquant l’idée de mettre dehors, éloigner, repousser, s’opposer et Suit une première vision du Christ (1,9-20) qui apparaît avec des attributs merveilleux et royaux attestant sa divinité[50]. 21). Vous avez une idée ? C'est donc une date qui coïncide pratiquement avec la date présumée de l'évangile selon Jean. Nicolas n’est que l’équivalent grec pour Nimrod. L'adresse du texte (1,4-8) précise les destinataires visés par l'auteur, les « sept Églises qui sont en Asie »[50]. J.-C. — avec les textes d'Ézéchiel, de Joël et de Zacharie avant de s'épanouir avec Daniel (vers 165 av. ... apocalypse-challenge-cest-quoi-ce-delire challenge-reconstruire-sa-vie en pause. Le mot apocalypse vient du mot grec apokalupsis, signifiant divulgation ou révélation. Une autre estimation fixe sa rédaction au règne de Néron, mort en 68. Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende. Plusieurs écrits pseudépigraphes sont également des apocalypses : Apocalypse grecque de Baruch (de), Apocalypse syriaque de Baruch, Apocalypse d'Abraham, Apocalypse de Moïse, Apocalypse d'Élie (en)[12], Apocalypse de Noé[13] ou encore Apocalypse d'Esdras[14]. Irénée nous dit que l'auteur de l'Apocalypse, et non pas l'Apocalypse elle-même, fut vu sous Trajan, c'est-à-dire qu'il vécut très vieux (cf. Cette perception est notamment liée à la difficulté d'appréhender un genre littéraire déroutant[5] qui ne trouve pas de comparaison dans la littérature contemporaine[6]. L'Apocalypse ou Apocalypse de saint Jean, aussi appelé "Livre de la révélation", est le dernier livre du Nouveau Testament. De la même manière, il n'utilise pas davantage le titre d'« Ancien » (« presbytre ») dont parle Papias[24]. Un peu plus tard, Irénée de Lyon attribue également l'évangile et les lettres johanniques à l'apôtre[17]. Apocalypse de Lambeth : les visions d'Ezechiel, Lambeth Palace. À ce titre, ce qui y est dévoilé correspond aussi aux aspects de l'Église terrestre qui n'est que son reflet en perpétuel devenir (sa liturgie, ses sacrements, ses temps – y compris ses derniers).[réf. Pour des raisons opposées (la présence du péché et l'occurrence de la damnation), la thématique apocalyptique a également un certain succès dans le hard rock et le metal. C'est sûr que ça manque d'action, mais on peut pas gagner sur tout les tableaux: avoir le fric, la notoriété et mener une vie palpitante. À une hécatombe? Ce nombre est « six cent soixante-six » ou, en chiffres arabes, « 666 », quoique quelques manuscrits comportent le nombre « six cent seize » ou « 616 »[69] ou encore « 665 ». Le jour de Dieu est le jour de sa victoire complète et définitive. - Duration: 8:28. L'importance de l’Apocalypse dans le christianisme occidental a rendu ce thème très présent dans les beaux-arts, notamment au Moyen Âge et à la Renaissance. Un codex, qui peut être lu recto-verso, et scellé de sept sceaux apparait dans la vision, qui pourra être ouvert par l'Agneau[52]. Le tympan de l'Abbatiale de Sainte-Foy de Conques, dans l'Aveyron. En réalité, ce livre annonce une bonne nouvelle. pendant le règne sur terre du Christ et des saints martyrs, Le grand Dragon rouge et la femme enveloppée de soleil, Cathédrale de l'Élévation de la Croix (Toutaïev), Édifices de l'Anneau d'or sur la Haute-Volga, Toutes choses nouvelles : deux ouvrages sur « L’Apocalypse », L'Apocalypse de Jean et Le Livre de Daniel considérés dans leurs rapports réciproques, site officiel de la commune de Saint-Chef et ses fresques, http://www.maidenfrance.fr/dossiers/dossier_suite_204_104_the+number+of+the+beast.html, École biblique et archéologique française de Jérusalem, "L'Apocalypse de Jean", par Roland Kleger, théologien, 2006, "Commentaire sur l'Apocalypse de Jean", par Wilbert Kreiss, luthérien, 2001, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Apocalypse&oldid=177661061, Article contenant un appel à traduction en anglais, Article contenant un appel à traduction en allemand, Catégorie Commons avec lien local différent sur Wikidata, Article de Wikipédia avec notice d'autorité, Portail:Religions et croyances/Articles liés, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence, Formule d'ouverture avec louange, promesse et réponse divine (1,4-8), Vision inaugurale : le Fils de l'homme (1,9-20) (, Vision de la cour céleste : l'Unique sur le trône et l'Agneau (4,1-5,14), Visions du dragon, des Bêtes et de l'Agneau (12,1-14,20), La victoire du Christ ressuscité sur les forces du mal (19-20), Un premier courant développe une approche «, Le second, le courant « présentiste » ou « historiciste », fait le rapprochement de l'actualité et des événements décrits dans le texte, Le quatrième courant propose une approche « idéaliste » qui voit l’, Les peintures de la chapelle haute de l'église abbatiale de. Définition : (fr-rég) apocalypse (f) (reli) Livre canonique qui contient les révélations faites à saint Jean l’Évangéliste, dans l’île de Patmos. C'est quoi apocalypse ? Le langage hautement symbolique de ce livre a ouvert la voie à de très nombreuses interprétations, qui diffèrent selon les sensibilités et les époques. Au milieu du IIIe siècle, Denys d'Alexandrie — dont le Sur les promesses est cité par Eusèbe — conteste son authenticité johannique pour des raisons stylistiques, sans toutefois rejeter le texte qui lui apparait incompréhensible mais « que beaucoup de frères tiennent avec faveur »[44]. Hans Urs von Balthasar , L’Apocalypse , Éditions du Serviteur, 2000 (Court et dense commentaire). Pour l’Église latine, des décisions conciliaires sont arrêtées notamment par les synodes régionaux de Carthage de 397 et de 419, fixant à 27 le nombre des livres reçus, y retenant l’Apocalypse[48]. Ainsi, la confusion règne dans la tradition car la tradition johannique d’Éphèse — cœur anatolien de celle-ci — a vu se télescoper les deux « Jean » — l'apôtre et l'auteur de l’Apocalypse[20]. C’est pour cela qu’Apocalypse 13.8 dit que ce chiffre demande de la sagesse. La dernière modification de cette page a été faite le 15 décembre 2020 à 14:46. La théologie orthodoxe a pris parti dans le débat sur la datation lorsque les moines orthodoxes de Patmos ont solennellement fêté le dix-neuvième centenaire de la rédaction de l’Apocalypse en 1995. Elle nous rappelle le but de la marche, le « Jour » où Dieu établira définitivement son règne sur le monde. À l'inverse, les tracasseries ou harcèlements de Domitien envers les chrétiens — refusant vraisemblablement pour certains de s'associer aux cultes publics — semblent s'être plus largement déployés, notamment en Asie Mineure et en Palestine[37].